La consonne d'appui

 

La consonne d'appui

 

La qualité du respect de la consonne d'appui déterminera la qualité du poème classique car elle apporte une richesse à la rime.

 - exemples de rimes riches :  rose et névrose  -  posthume et coutume  -  bataille et entaille

 - exemples de rimes pauvres : rose et pose  -  possible et pénible  -  pleurs et honneurs

 

Pour palier au manque de mots, il existe des équivalences :

 

B =  exemple :  cabas / repas - 

D = T ( mais pas applicable aux rimes en té - tée - ter qui doivent être semblables )  exemple : édredon / bouton

K = C  (devant les lettres a, o ,u ) exemple :  Kan / boucan

K = QU  exemple : skis / acquis

F = V = PH  exemple : loufoque / phoque  -  coiffure / levure

J = CH  exemple :  déjoue / échoue

N = GN  exemple :  chaînon / mignon

X = Z = C  exemple : cage /gazage  -  

 

ATTENTION :

 Il faut savoir qu'aux concours de poésie, l'absence de la consonne d'appui ( dans le cas du sonnet surtout ) est préjudiciable.

En poésie classique, même si cela n'élimine pas, l'absence de la consonne d'appui

fait baisser la note accordée au poème !

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.