C’était hier…

 

J’espérais un printemps aussi doux qu’un je t’aime

Mais quand il est venu, toi tu n’étais plus là,

Lorsqu'au creux de l’hiver, tu partis sans baptême

En accrochant ton âme au train pour l’au-delà...

 

Et février qui geint comme à son habitude

Par ce vent glacial à vous fendre le coeur

Et puis cette blessure, amère certitude

D’avoir, au fond de soi, la haine et la rancoeur...

 

Paré de ton sourire et de ton babillage

Ce printemps désiré devait être si beau !

Mais quand passe la mort, ne reste, en son sillage

Q’une douleur profonde en le froid d'un tombeau.

 

                               à Emma...

 

 

logosc5.gif