Cet hiver-là

 

Elle a tendu la main, elle attendait la vôtre

Mais elle n’a vu que votre regard fuyant ;

Dans ce froid glacial, Monsieur le bon apôtre

N’avait point de chaleur pour l’être suppliant.

 

Elle attendait un homme au sortir de l’église

Juste pour demander la pièce pour le pain.

Mais de fortune, hélas ! Que le gel et la bise,

Même pas un salut du bon samaritain...

 

Il est passé par là sur un quai de la Seine

Quand il a vu la femme emmitouflée de froid,

Couchée en un carton... une terrible scène

Tout au bord de la nuit, qui le glaça d’effroi.

 

Mais lorsqu’il vit l’enfant blotti contre sa mère,

L’âme déjà partie en d'autres longs hivers,

Il pleura de douleur, il hurla sa colère

A ceux qui ne verront qu’un autre fait divers.

 

Pour réveiller les coeurs, pour vaincre la misère,

L’abbé des rues lança pour vous, pour moi, pour toi,

Un appel si vibrant qu’il en devint prière

Pour que cet hiver-là, chaque vie ait un toit.

 

482px abbe pierre 1999without

         à Henri Grouès, dit l'abbé Pierre... et son appel de l'hiver 54

( photo Internet )

logosc5.gif

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau