Un matin étrange 

 

C'était un matin étrange

Comme le sont certains matins,

D'une tristesse qui dérange

Lorsque le ciel n'est que chagrin.

    

C'était un matin de brume,

De brouillard et de crachin,

Un moment plein d' amertume,

Un temps gris, un temps de chien.

 

… …

 

L'homme était seul parmi les nues

Loin de tout et si près de rien,

Perdu sur un lac inconnu

Dans cet étrange et gris matin.

 

Qu'attendait-il des profondeurs

De cette étendue de grisaille ?

Une richesse ? Du bonheur ?

Qu'espérait-il de ces entrailles ?

 

Il était âme solitaire,

Pêcheur de tout, pêcheur de rien,

En attente d'une chimère,

D'un peu de rêve, d'un peu de bien.

 

Sa barque, sur l'immensité

L'emmenait au-delà des songes

A la recherche d'un passé

Que seul le souvenir prolonge.

      

…   …

C'était un matin d'automne

Au ciel triste pleurant d'ennui

Sur ces longs jours monotones

Qui s'éternisent et puis s'enfuient.

          

Mais c'est un matin étrange

Qui viendra, un autre matin,

Avec une odeur d'orange,

De beurre salé et de bon pain.

 

Un matin plein de promesses

Comme celles que l'on fait au matin,

Après une nuit d'ivresse

D'amour reçu et de bon vin.

    

 

                         

(extrait d' Il est le temps d'aimer... )

 

 

 

logosc5.gif

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Anti-spam