Ti na i nana

 

Ti na i  nana

Ti na i  nana

Ti na i  na i  na i  na i  nana...

 

Etrange et douce litanie

Que répète sans cesse l’enfant

Pour faire fuir ses peurs de la nuit

Tout seul dans un lit bien trop grand.

La mer a tant bercé ses rêves

Que sa mère n’a jamais bercés

Que ce soir, il saigne et crève

Le mal en lui comme un abcès.

 

Ti na i  nana

Ti na i  nana

Ti na i  na i  na i  na i  nana

 

Quand la souffrance était de mise,

Il fallait pourtant se plier

A cette ceinture couleur grise

Et à cette boucle dorée.

Elle était dure et faisait mal

Quand elle lui tombait sur le dos,

Il trouvait ça presque normal

D'être traité comme un chiot.

 

Ti na i  nana

Ti na i  nana

Ti na i  na i  na i  na i  nana...

 

Que le bon Dieu me pardonne

De ne pouvoir mettre des mots

Sur la chanson que fredonne

L’enfant courbant déjà le dos.

Aujourd’hui le temps a passé

Et il est le temps de l’oubli.

Lui, il ne peut pas oublier

Les années grises de sa vie.

 

Ti na i  nana

Ti na i  nana

Ti na i  na i  na i  na i  nana...

 

C’est la complainte de l’enfant

Qui a bien grandi aujourd’hui,

Mais qui n’oublie pas pour autant

La chanson triste de ses nuits

Où seul, dans un lit bien trop grand

Il pleurait ce qu’il n’avait pas...

Mais que peut bien pleurer l’enfant...

Quand de l’amour, il n’en a pas...

  

Ti na i  nana

Ti na i  nana

Ti na i  na i  na i  na i  nana...

 

                                                                                                                         ( extrait d' Il est le temps d'aimer... )

   

 

                                                       

L'auteur parle...

Dans ce poème,  une partie de moi... ce refrain, c'est celui que je chantais en me balançant sur ma chaise...

à l'époque, cela faisait sourire et même rire... aujourd'hui, il en serait autrement...

logosc5.gif

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Anti-spam