Poème lauréat du Prix Mompezat 2015 décerné par la Société des Poètes Français 

( recueil ' J'ai rêvé Montmartre ' )

 

Le peintre

 

Une cascade de fleurs

Est tombée sur la toile

En posant ton pinceau

Chargé de mille couleurs.

Tu as mis dans son cœur

Des myriades d’étoiles

     En peignant ton tableau     

Au pied du Sacré Cœur.

 

Tu as cherché au fond

De ton imaginaire,

Ce geste de folie

Qu’est ton coup de crayon,

Et pour donner un nom

A ton œuvre solitaire,

Dans un coin tu as mis

Ce simple mot, pardon.

 

Pardon pour ce dessin,

Cette toile primaire

Qui n’a même pas l’éclat

Des roses du matin,

Pardon pour ce jardin,

Cette œuvre de misère

Qui ne t’inscrira pas

Dans le bottin mondain.

 

Et tu as déposé

Au regard des chalands

Ton tableau abouti

Au bas des escaliers,

Et tu t’es reposé

Fier de ton talent

Sur les pierres jaunies

Du vieux petit muret.

 

Pauvre peintre méconnu

A attendre des heures,

A attendre longtemps

La gloire non venue,

Une affaire non conclue,

Et se fanent les fleurs

Du tableau florissant

Du pauvre peintre déchu.

 

Reprenant tes pinceaux,

Ta palette de couleurs,

Avec ton chevalet

Accroché à ton dos,

Tu es parti très tôt

Pour aller peindre ailleurs

Tes rêves insensés

Que toi, tu trouves beaux.

 

Les années ont passé,

La gloire n’est pas venue

Et tu peins aujourd’hui

La nature dévoilée.

De tes maigres années

Toi, tu n’en parles plus,

Tes rêves sont partis,

Depuis tout a changé.

 

Tu es là, maintenant

Tout seul au bord de l’eau,

Bien moins jeune et moins con,

Mais le pinceau vaillant.

Et devant les passants,

Tu refais le numéro

Du fameux coup de crayon,

La marque de ton talent.

 

                                    (extrait d' Il est le temps d'aimer... )

photo d'illustration de bracketting du site fond-ecran-image.com (voir dans "liens")

(vous pouvez visiter la galerie de Bracketting en cliquant sur "liens") 

 

L'auteur parle...

Une mine inépuisable de photos chez FEI... l'inspiration me vient en regardant certaines photos... et celle-là était la bonne...

 

logosc5.gif

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau