La nymphe au bassin

 

Dans le jardin du temps qui passe,

Quand le jour s'enfuit lentement,

Avant que le soleil trépasse,

Nymphe, nue sans ton voile blanc,

Tu te mires et te prélasses

Aux reflets gris du bel étang.

 

Eclatante beauté qui inonde mon coeur

De rayons de lumière et de nobles pensées,

Je t'ai là contemplée dans ta douce candeur

Tant me plait à revoir tes courbes élancées,

Toi, la belle de jour au parfum de la fleur,

Nymphe, venue à l'eau claire pour se baigner.

 

Romantique et profonde symbiose,

Instants précieux et magiques à la fois

Lorsque s'offrent, dans la beauté des choses,

La grâce et l'amour d'une belle venue là

Jeter au jardin un tapis de roses

Pour laisser à mes yeux la trace de ses pas.

 

Sur le banc s'est posé la toile

De la nuit qui, doucement descend,

Nimbée d'azur et d'étoiles

Et emporte mes désirs d'amant

Loin du bassin où se dévoile

La nymphe nue au voile blanc.

 

                   

                                            (extrait d' A l'ombre de mes rêves... ) 

Photo d'illustration d'Evie  - fond-ecran-image.com

( cliquez sur "liens" pour accéder à la galerie d'Evie ainsi que sur FEI )

 

L'auteur parle...

Que dire de cette photo sinon qu'elle invite à la rêverie...

pour moi, c'est chose faite maintenant...

J'ai écrit ce poème pendant les heures de rééducation de mon épouse

au centre de Menucourt (Val d'Oise)

 

logosc5.gif

 

 

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau