Je veux dire

  

Avant que ne s'efface

Ma mémoire, à jamais,

Et qu'elle laisse la place

A un être égaré,

Je veux dire les choses

Qui furent toute ma vie,

De l'éclat de la rose

Au camélia fleuri.

Je veux dire les merveilles

De mes années passées,

De l'enfant qui s'éveille

D'une enfance abimée,

A l'enfant qui sommeille

Dans son berceau, couché,

Et qui ensoleille

Mes dernières années.

Je veux dire tous mes rêves,

Je veux dire mes pensées,

Avant que ne s'achève

Ma chère liberté,

Liberté de garder

Mes yeux grand ouverts

Et pouvoir regarder

Grandir ceux qui m'sont cher.

 

Avant que ne s'effacent

Mes souvenirs présents

Et que rien ne remplace

Le vide, le néant,

Je veux dire les choses,

Je veux dire la vie,

Le parfum de la rose

Qui enivre mes nuits.

Je veux dire ma vie,

Je veux dire mes mots,

Le visage de l'ami

Parti beaucoup trop tôt,

Les enfants ont grandi,

Ils sont toujours si beaux,

Les roses sont fleuries,

Le bouquet sera gros.

Je veux dire l'amour

Que j'ai reçu de toi

Et qu'en mon coeur, toujours,

Je garde au fond de moi,

Partager ces moments,

C'est vivre comme dans un rêve

Qui emplit chaque instant

Et chaque jour me relève.

 

Avant que disparaissent

Mes rêves, à jamais,

Dans une brume épaisse

Où je m'en vais sombrer,

Je veux dire aux enfants

Qui m'ont été donné,

De garder au présent

Le verbe savoir aimer.

Je veux dire tout cela

Et beaucoup plus encore,

Je veux dire mes joies

Des moments les plus forts,

Je veux dire quand l'amour

Etait au rendez-vous

Et des "je t'aime", toujours,

Il en pleuvait sur nous.

Alors si un jour

Je ne me rappelle plus

Qui je suis, pour toujours

Etre un enfant perdu,

Alors tu seras là

Pour me tenir la main,

Me tenir par le bras

Pour finir mon chemin.

 

Quand viendra le jour

Où mon âme quittera

Mon corps, devenu lourd,

Accroché à ton bras,

Tu pourras regarder,

Tout au fond de mon coeur,

Tout ce que j'ai gravé

Pour toi, pendant des heures.

Tout ce que fut ma vie,

Toujours à tes côtés,

Du jour où tu dis "oui"

A mes rêves insensés,

Tu me tiens par la main

Depuis longtemps déjà,

Que sans toi mon chemin

N'entendrait plus mon pas.

Même si mon regard

N'a plus le même éclat,

Au fond d'mes yeux hagards

Peut-être tu y liras

Mes souvenirs de toi,

Mes rêves les plus fous,

Mes peines et mes joies, 

Mes souvenirs de nous.

 

Quand j'aurai oublié

Qui tu es, qui je suis

Et que j'aurai glissé

Dans le monde de l'oubli,

Alors si tu oses,

Entre mes doigts raidis,

Tu y mettras la rose

Que je n'ai pas cueillie...

 

                                                ( extrait d'Il est le temps des roses... ) 

 

 logosc5.gif

                                      

 

 

 

              

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.