Entre le ciel et l'océan

 

C’est une douce volupté

Sortie de tes flots argentés

Qui aujourd’hui, encore me grise,

Quand mon regard se pose sur toi

Et qu’il brille du même éclat

Que ta vague, jamais soumise.

 

J’ai vu le ciel souvent si bleu

Que je me croyais amoureux

De cette immensité promise,

Mais lorsque je t’ai vu briller

Comme des diamants éclatés,

J’ai succombé à ton emprise.

 

Sur un petit bateau tout blanc

Et sur ta vague, toi l’océan,

Je suis parti à la dérive,

Pour te rejoindre quelque part,

Vers d’autres lieux, d’autres nulle part,

Pour m’échouer sur d’autres rives.

 

Porteur de mes rêves, mes espoirs,

Pour moi tu t’es fait le miroir

Où s’y reflète mon monde,

Tu t’es enveloppé de gris

Pour me porter vers l’infini

Au coeur de tes eaux profondes.

 

Pour m’emmener encore plus loin,

Là où les rêves n’ont pas de fin,

Ta vague s’est mise à chanter,

Et j’ai fermé les yeux sur toi,

Comme pour mieux entendre ta voix,

 Caresse douce, recommencée.

 

Longtemps, longtemps j’ai contemplé

Ta vague fière qui renaît,

Je t’ai regardé vivre libre,

J’ai vu en toi tant de beauté

Que je ne me suis pas lassé

De toi, encore, je m’enivre...

 

Alors le ciel, maître du temps

S’est penché sur l’homme rêvant,

Comme un père sur son fils,

Et pour lui seul, il s’est fait grand,

Il s’est ouvert sur l’océan,

Dans un grand feu d’artifice.

 

Il s’est déchiré en son coeur

Pour éclabousser de couleurs

La nuit, qui se voulait sereine,

Et devant mes yeux éblouis,

J’ai découvert un paradis

Et des images qui s’enchaînent.

 

Il a jeté sur l’océan

Comme une écharpe, un manteau blanc,

Un voile de soie, de lumière,

Et comme deux amants enlacés,

Dans la nuit se sont épousés,

Devant moi, témoin solitaire.

 

J’ai vu de longs cheveux d’argent

Descendre vers moi, doucement,

Comme pour me montrer le chemin,

Celui des anges de la nuit

Qui vous emmènent loin d’ici,

Dans d’autres rêves, d’autres demain.

 

Entre le ciel et l’océan,

Lequel des deux saura vraiment

Longtemps encore, me faire rêver.

A l’un je donnerai mon âme,

A l’autre, mon coeur, ma flamme...

Entre les deux je suis aimé.    

 

                              ( extrait d'Il est le temps des roses... )

 

                               photo de Damgan (Morbihan)

Ce poème est visible sous forme de vidéo

(voir dans la colonne de gauche " poèmes en vidéo ")

 

logosc5.gif

 

 

Commentaires (1)

riley
  • 1. riley | 10/09/2016
je suis ému. Sans te mentir j'ai vraiment voulu pleurer tellement c'est beau. Et devine quoi, quand j'ai lu ce poème, j'étais chez moi au bord de la mer

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.