Automne 

 

Quand pleure le ciel gris ses larmes monotones

Sur la terre labourée, battue par le vent,

C'est que se meurt l'été et que s'en vient l'automne

                     En rousses fougères et arbres frémissants.                    

 

La saison revêt sa robe de pourpre et d'or.

Voici que commence la fête des couleurs,

Et que valse l'automne et virevoltent encor

                        Les feuilles alanguies aux dernières douceurs.                         

 

Déjà le jour se fait court et le vent froidit  

Quand, la fête terminée,  tapissent le sol

                             Les parures dorées des arbres engourdis.                            

Au bosquet dénudé s'est tu le rossignol.

 

                                           ( extrait d'A l'ombre de mes rêves... )

p1080662.jpg

logosc5.gif

 

 

                                                        Ce poème est également sur ma chaine Youtube

                                                                             ( voir dans "poèmes en vidéo " )

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau