Sonnet pour une muse…

 

 

Elle est restée en lui, fidèle comme une ombre,

Accrochée à sa plume au bout de tous ses maux. 

Est-elle son soleil, la source de ses mots ?

Vous ne la verrez pas, elle est dans la pénombre.

 

Mais elle fait parfois, quand l’éther est trop sombre, 

Refleurir un printemps, bourgeonner les rameaux, 

Chanter le vent léger puis danser les ormeaux 

Pour chasser du rêveur le songe qui l’obombre. 

 

Est-elle cette rose en son jardin secret

Qui fleurit chaque jour et qu’en parfum discret, 

Se pose sur sa rime et du vers s’en amuse ?

 

Ou cette étoile d’or dans ses yeux le matin

Quand le poème naît d’une nuit de satin ? 

Poète serait-il sans l’amour d'une muse ?

 

logosc5.gif

 

 

 

Commentaires (1)

LILI48
  • 1. LILI48 | 09/05/2015

très beau comme d'habitude, grosses bises

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau