La solitude

 

Dès que l’autre est parti c’est elle qui prend place

Doucement, lentement, chaque jour, chaque nuit,

Et on se laisse aller en des heures d’ennui

Tant le vide se fait et que rien ne remplace.

 

Et passera le temps, faux-semblant et grimaces,

A faire comme si, demain comme aujourd’hui

De cette vie d’amour qui a perdu son fruit

On n’attend désormais que des hivers de glace.

 

Mais il suffit parfois d’un petit quelque chose,

Un sourire d’enfant, le parfum d’une rose

Pour se sentir un peu, le temps d’un court moment,

 

Comme une âme perdue, oubliée en ce monde,

Qui retrouve sa vie en entrant dans la ronde

En Laissant de côté solitude et tourments.

 

 

logosc5.gif

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau