Le départ ?

 

Entends-tu les clameurs de ton peuple qui crève

Marchant vers ton palais sous les tirs policiers ?

Mouvement citoyen que ton mépris soulève,

As-tu peur aujourd’hui de ces cris justiciers ?

N’affronte pas la rue, elle est trop en colère !

Un vent , sur le pouvoir, souffle déjà si fort !

Elle est encor debout, ma France en sa galère !

La voici devant toi pour briser ton confort.

       

Muselle aussi la presse, évince les critiques,

Arbore ton sourire arrogant, satisfait,

Claque des doigts ! Tes gens, ministres pathétiques 

Rappliquent tous au pas, dans un ordre parfait !

On dirait des toutous, de braves domestiques !…

Ne réfléchis pas trop… déclare-toi forfait !

 

 

 

logosc5.gif

 

 

 

Ajouter un commentaire