P1150142

à Arlette DENIS, chanteuse de la rue…

Macadam Manivelle

 

De la place du Tertre une vieille rengaine

Que fredonne toujours l’orgue de Barbarie,

S’est laissée emporter par le vent qui l’entraîne

Au profond du village en son âme attendrie.

 

Cet air d’un autrefois qui caresse la rue,

Envoûte le passant et le conduit au rêve.

Chanson triste souvent, romance disparue

Mais pourtant qui renaît lorsque la voix s’élève.

 

Au rythme des cartons, Macadam Manivelle,

Egrène sa musique en douce nostalgie

Sur le gris des pavés… et puis la ritournelle

S’invite dans les coeurs, tendre instant de magie.

 

Chante donc, refais-nous ton numéro d’artiste,

Toi passeuse de mots, d’amour toujours en quête.

Juste un petit refrain, un dernier tour de piste

Et Montmartre applaudit la dame à la casquette.

 

 

 

 

logosc5.gif

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.