Arthur Rimbaud

 

Arthur rimbaud 1

 

 

Le poète maudit 

 

Aurai-je assez de mots pour parler du poète

Renonçant à ses vers à trop vouloir partir,

Tourmenté jusqu’à l’âme à en perdre la tête,

Habité par la peur d’un enfer à souffrir.

Un homme en son délire et que l’amour maltraite,

Reprenant un chemin d’errances à venir…       

 

Revient l’aventurier au bout d’une tempête,

Ivre en est le bateau quand, prêt à repartir,

Marseille le reçoit, mais sans gloire et sans fête,

Brûlant de mille maux, ne pouvant en guérir.

Amputé dans sa chair, vient la mort qui l'apprête.

Un nouvel univers encore à conquérir…

Demain, au fond d'un val, dormira le poète.

 

 

 

logosc5.gif

 

 

 

 

 

 

Arthur Rimbaud est né le 20 octobre 1854 à Charleville et mort le 10 novembre 1891 à Marseille. Il est inhumé dans le cimetière de Charleville.

Bien que brève, la densité de son œuvre poétique fait d'Arthur Rimbaud une des figures premières de la littérature française. 

Des vers comme ceux du , du Dormeur du Val ou de Voyelles comptent parmi les plus célèbres de la poésie française. 

La précocité de son génie et sa vie aventureuse contribuent à forger la légende du poète.

Entre autres ( base de cet acrostiche )

Rimbaud commence alors avec son aîné Verlaine une liaison amoureuse et une vie agitée.

En juillet 1873, les deux amants sont à Londres. Verlaine quitte brusquement Rimbaud.

 Plus tard, alors que Rimbaud veut quitter, à son tour, Verlaine, celui-ci, ivre, tire sur lui à deux reprises, le blessant légèrement au poignet. 

Fin juillet 1873, Rimbaud rejoint la ferme familiale de Roche ( dans les Ardennes ) où il s’isole pour écrire Une saison en enfer.

L'aventuruer : « L’Homme aux semelles de vent »

- les Indes néerlandaises (1876), voyages en Europe (1877), l'Égypte et Chypre (1878-1879), entre la Corne de l'Afrique et l'Arabie, premier séjour au Harar (1880-1881), deuxième séjour à Aden (1882-1883), trafic d’armes au Choa (1885 à 1887), dernier séjour au Harar (1888 à 1890).

Arthur Rimbaud est débarqué à Marseille le 20 mai 1891. Les médecins diagnostiquent un néoplasme de la cuisse. Le 22, on lui annonce qu’il va falloir l’amputer. 

Il meurt le  mardi 10 novembre 1891.

Un poème d'Arthur Rimbaud :

 

Le dormeur du val

 

C'est un trou de verdure où chante une rivière,
Accrochant follement aux herbes des haillons
D'argent ; où le soleil, de la montagne fière,
Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue,
Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,
Dort ; il est étendu dans l'herbe, sous la nue,
Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme
Sourirait un enfant malade, il fait un somme :
Nature, berce-le chaudement : il a froid.

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ;
Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine,
Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit.

 

 

 

 

 

Commentaires (3)

Dany
Magnifique !!!!!!
Mallet
Excellent Daniel! En ces quelques vers la vie du Poète est retracée avec la difficulté de l'acrostiche. Bravo!
Jean-Pierre Mallet Consul de la République de Montmartre
Didi du Québec
  • 3. Didi du Québec | 08/07/2016
hello Daniel, il est beau ce poème et décrit bien Rimbaud un être torturé, bravo, bonnes vacances , salutation du Québec à toi et ta charmante épouse , j espère que sa santé vas bien, votre amie Didi ,

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau