Le Poète des Princes

 

 

 

563px pierre de ronsard

Pierre de Ronsard

( 1524-1585 )

 

 

 

Le Poète des Princes

 

Poète de la cour des princes et des rois,

Inspiré par la femme, en sa grâce et jeunesse              

Et puis d’une élégie ou d’un hymne parfois,                               

Romantique en sera toute l’oeuvre maîtresse.                                

Récompense suprême, une mort, l’air sournois,

Emportera, trop tôt, son âme poétesse.            

 

Dis-nous si dans l’ailleurs, tes sonnets d’autrefois,

Expriment, de nos jours, encor de leur richesse…        

 

Revoir Cassandre et puis, de ‘mignonne allons voir’,

Oser vivre un amour, une tendre promesse.

Ne chanter que pour elle en l’aimant et pouvoir

Se laisser emporter en l’ode et son ivresse.

Amoureux le rester jusqu’au tout dernier soir… 

Rose ! Porte son nom  ! Avec délicatesse

Donne-nous ta beauté jusqu’à nous émouvoir.

 

 

 

 

logosc5.gif

 

 

 

 

Pierre de Ronsard est un poète français né en septembre 1524 (château de la Possonnière, Couture-sur-Loir, près de Vendôme. Il est décédé le 27 décembre 1585 au prieuré de Saint-Cosme-en-l'Isle, près de Tours.

Il devient en 1558 poète officiel de la cour, avec le titre de conseiller et d'aumônier ordinaire du roi. Il est alors considéré comme le grand poète de l'amour. 

 Ronsard fixe les règles du sonnet : deux quatrains où alternent rimes masculines et rimes féminines suivis de deux tercets dont les rimes sont disposées de manière conventionnelle CCD EED ou CCD EDE.

Entre autres ( base de l'acrostiche ) :

À l'accession au trône de Charles IX, il occupe la place privilégiée de poète et aumônier du roi.

La publication d'une édition collective de ses Œuvres en 1560 le consacre dans sa gloire.

 Il a abordé de nombreux thèmes : champêtres, amoureux, philosophiques, politiques. Ses poèmes lyriques développent les thèmes de la nature et de l’amour. Thèmes également de ses sonnets, ses élégies, ses odes, ses hymnes et discours. Son oeuvre est considérable.

Ronsard n'a jamais cessé de chanter l'amour. Dédiant ses écrits à trois femmes, Cassandre, Marie et Hélène, il parle en fait de sentiments éprouvés lors de multiples rencontres amoureuses, parmi lesquelles on peut citer Marguerite, Jeanne, Madeleine, Rose, Sinope, Genèvre, Isabeau...

Les crises de goutte se font de plus en plus invalidantes et il s'éteint dans la nuit du 27 au 28 décembre 1585.

Faisant référence au plus célèbre poème du poète, son nom fut donné à une rose au parfum très léger et délicat. C'est un des rosiers les plus vendus au monde.

Un poème de Ronsard :

Mignonne, allons voir si la rose

A Cassandre

Mignonne, allons voir si la rose
Qui ce matin avoit desclose
Sa robe de pourpre au Soleil,
A point perdu ceste vesprée
Les plis de sa robe pourprée,
Et son teint au vostre pareil.

Las ! voyez comme en peu d'espace,
Mignonne, elle a dessus la place
Las ! las ses beautez laissé cheoir !
Ô vrayment marastre Nature,
Puis qu'une telle fleur ne dure

Que du matin jusques au soir !

Donc, si vous me croyez, mignonne,
Tandis que vostre âge fleuronne
En sa plus verte nouveauté,
Cueillez, cueillez vostre jeunesse :
Comme à ceste fleur la vieillesse
Fera ternir vostre beauté.

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Anti-spam