(  Néo-Classique )

 

Prix d'Honneur 2018

décerné par Les Poètes de France et d'Ailleurs - Pornic

 

 

La maison du silence

 


J’ai poussé la porte sur le silence

Logeant au coeur d’une vieille maison

Dont l’âme envolée, dans l’indifférence,

A laissée le vide aux mornes saisons.

 

La terre battue gardait une trace,

Celle du pas de l’homme, au front, parti,

Tant l’absence s’éternise et encrasse

Murs en torchis et plafond décati.

 

Il y avait dessus la cheminée,

Le portrait d’un enfant, cliché jauni.

Un crucifix et quelques fleurs fanées

Près d’un bouquet séché de buis béni.

 

A côté d'une ancienne cuisinière,

Se trouvait l’antique seau à charbon.

Sur un bahut recouvert de poussière,

Une chemise et un vieux pantalon.

 

Placé au fond, dans le coin le plus sombre,

Un lit défait à se perdre dedans

Et sur le mur comme une tache, une ombre…

Un vieux tableau abîmé par le temps.

 

Tout au milieu, une table imposante,

Aussi longue que sont nos froids hivers,

Et puis toujours cette odeur oppressante,

Qui vous transporte en un autre univers.

 

Alors, pour ne pas troubler la mémoire

De tous ces restes d’un temps cabossé,

J’ai refermé la porte sur l’histoire

Abandonnant la maison au passé.

 

 

 

logosc5.gif

 

 

 

Ajouter un commentaire