Le poète a le droit

 

Le poète a le droit de nous chanter la rose

Qui fleurit au jardin de la mélancolie

Et d'aller la cueillir pour la poser en prose

Sur les feuillets d'un livre aux couleurs de la vie

 

Le poète a le droit de poser sa musique

Sur les mots de velours que sa plume répand

Sur les pages jaunies d'un passé nostalgique

    Partitions de la vie de souvenirs d'enfant     

 

Le poète a le droit de fredonner les vers

Des poèmes d'amour qui deviennent chansons

Qu'une musique douce entraine dans l'éther

          Près des étoiles d'or où les rêves se font           

                                                                                  

Le poète a le droit de nous conter la guerre

De ces enfants soldats la main sur le coran

Qu'au nom d'un Dieu de paix ils se font suicidaires

Pour des hommes repus du sang des innocents

 

Le poète a le droit de raconter les choses

Qui se passent là-bas dans les pays lointains

Où les peuples debout renversent qui s'oppose

Au printemps en marche pour un nouveau demain

 

Le poète a le droit de parler de la rose

Eclose dans le sang dessous le barbelé

De l'innocente main qui s'en approche et ose

La cueillir pour l'offrir au vent de liberté

 

Le poète a le droit de nous clamer ses vers

Qui parlent de bonheur et de rêves profonds

De nous bercer d'espoir et de douces chimères

Lorsque le soleil donne au matin ses rayons 

                        

Le poète a le droit de nous faire rêver

Et de nous emmener dans un autre univers

Où les jours sont amour et les nuits volupté

Sous un ciel toujours bleu sans orage et hiver

 

logosc5.gif

 

 

 

Commentaires (1)

Mallet Jean-Pierre
  • 1. Mallet Jean-Pierre (site web) | 04/12/2015
Un très beau poème que j'aimerais réciter si tu le permets à l'occasion d'un de mes spectacles, il est tellement vrai! Jean-Pierre Mallet Consul de la République de Montmartre

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau